Plus d’infos > Musique

Proche de New York et pionnière dans l’introduction et la diffusion du hip-hop en France, Marseille devient dans les années 1990 une des principales scènes du hip-hop français et européen. À la fin de la décennie, le groupe de danse des Marseille City Breakers acquièrent une renommée nationale alors que le hip-hop n’en est qu’à ses balbutiement sur le Vieux Continent.
En 1993, le groupe IAM sort Je danse le mia qui connait un succès phénoménal et annonce l’âge d’or du rap marseillais. Parmi les albums les plus emblématiques de cette époque figurent Métèque et mat (1995) d’Akhenaton, L’École du micro d’argent d’IAM (1997), Chroniques de Mars (1998), compilation où figurent les principaux acteurs de l’époque, Où je vis (1998) de Shurik’n, Hier, Aujourd’hui, Demain (1999) du 3e Œil, et Art de Rue (2001) de la Fonky Family.
À travers leurs textes, ils apportent un témoignage unique sur la misère sociale et les difficultés que traversait la ville dans les années 1990, notamment dans des titres comme Demain, c’est loin (1997) d’IAM.
À partir du début des années 2000, on remarque la présence d’artistes comme Psy 4 de la rime, dont sont issus Soprano et Alonzo, Kenza Farah, L’Algerino, Faf Larage ou Keny Arkana.
Néanmoins, le hip-hop marseillais reste aujourd’hui un vivier de créativité avec l’émergence d’acteurs comme Under Kontrol, champions du monde de Human Beatbox, ou Chinese Man Records, label du collectif Chinese Man.

Musique

  • Aucun événement dans cette catégorie